8405153759_605f6cd06b_b.jpg   8406250740_30fafbd5bc_o.jpg 

  8405186179_1e11da22c3_b.jpg8405166657_850d94bc2a_b.jpg

8406256512_0c00264db8_b.jpg8405194605_181a520650_b.jpg

Départ le 21 pour notre deuxième accli vers 4h30 du matin (test d’ascension de nuit). Beaucoup de neige dans le vallon et pas de sous couche dans les pierriers. La trace enfin la tranché est difficile à faire, malgré une neige légère. Le froid est vif depuis le dernier épisode neigeux, surtout à l’aurore et au crépuscule, mais largement supportable !

 

Pour nous ce sera une journée certes exigeante, mais splendide ! Un lever de soleil magique, une voie de toute beauté, une ascension et une arête des plus esthétiques et surtout une journée au soleil, sans vent, face à un 360° féerique. Nous avons atteint l’altitude de 5700 m, mais après communication avec le CB, la météo changeait pour le lendemain : fort vent en altitude, une perturbation pour le 23 puis beau du 24 au 26. Après tergiversations il semblait plus judicieux d’utiliser les 3 jours de beau (24 au 26) pour s’acclimater parfaitement, surtout vu la longueur de l’arête et l’ampleur de la course.

Nous décidons de déposer notre tente et notre matos dans une crevasse pour un prochain run light and fast. Retour au CB en fin de journée.

Ce que je sais :

Entreprendre une ascension en hiver pour la première fois demande du temps. Beaucoup d’inconnu, de question, d’acclimatation à l’altitude certes, mais aussi  au froid, au vent. La vie ici n’est pas anodine. Tout est rythmé par le gel et les températures négatives. Par exemple au CB pour obtenir 5 litres d’eau, il faut faire fondre 20 bassines de 30 cm cubes. Pour manger n’importe quel aliment contenant un minimum d’eau (légumes, oeuf…), il faut le faire décongeler dans l’eau chaude. Les vêtement humides de montagne ont beaucoup de mal à sécher… difficile de se laver, de se changer…

S’acclimater en montagne permet de savoir par exemple :

- Combien de gaz nous consommons par bivouac.

- Quel vêtement utiliser contre le froid, combien de couches…

- L’utilité des chaufferettes  et test pour les shoes.

- Les bivouacs sont difficiles, la tente se transforme en congélateur, les duvets sont mouillés (gel, dégel avec la chaleur humaine)

Bref, cela fait 15 jours que nous sommes arrivés au CB et petit à petit nous avons un oeil plus aiguisé sur les changements de temps. Notre corps s’acclimate à la raréfaction de l’oxygène, mais aussi au froid. J’ai répondu à beaucoup de questions concernant l’ascension de ce sommet. C’est de plus en plus clair dans ma tête. Je sais quelle voie grimper, combien de temps d’attente après un épisode neigeux ; si on peut entreprendre une ascension de nuit, l’équipement à prendre. Bien sur ce sont des observations au fil du temps, qui ne pourront s’exécuter qu’avec l’accord de “dame nature”. Mais cette première expérience est vraiment enrichissante. 

Partager cet article