vrac-0422.JPGvrac-9369.JPG

vrac-0658.jpg

Je vous souhaite à tous une très belle année 2013. Qu'elle soit pour vous le moment d'accéder à l’écriture de tous vos projets et à la joie enfin d’en profiter !

Actuellement, je suis à Islamabad. Le transport s'est très bien passé : Lyon, Dubai, Islamabad. Toute l'équipe était là pour m'accueillir : Daniele mon coéquipier, Frédérico son caméraman et Ali notre agent, officier de liaison aux multi -fonctions. 

Petit retour sur notre objectif :  

 Le Nanga Parbat est le neuvième plus haut sommet du monde (8 125 mètres), dans la chaîne de l'himalaya. Il signifie « Montagne nue », appelé aussi Diamir « Roi des montagnes ».

Notre objectif est d’atteindre le sommet par son versant ouest (versant Diamir) dans des conditions hivernales, en technique alpine (sans oxygène, sans porteur, sans corde fixe). Ce sommet n’a pas été atteint en hiver. La principale cause d’échec étant les créneaux courts sans vents (en cause le jet stream...).  Nous souhaitons emprunter une voie esthétique et à l'abri des dangers objectifs : La voie « Tom » ouverte par JC Lafaille en 2003  ( ou bien la voie de descente emprunté par Messner en 1970).

 Plus qu’une expédition purement sportive en hiver, ce sera  :

- un voyage à la rencontre des peuples situés dans des endroits parmis les plus isolés du monde avec des conditions extrêmes.

 - L'occasion de recueillir des témoignages sur leurs vies et leurs traditions et partager un des biens les plus précieux de l’homme : l’hospitalité.

- Donner un peu de nous-mêmes aux gens que nous rencontrerons, vivre la joie et la réalité des enfants de l’Himalaya.

- Partager notre aventure avec vous.

- Se découvrir et partir vers l’inconnu dans un monde où peu de monde va, où le déroulement de la vie est rythmé par la nature et le manque d’oxygène.

Le choix du Nanga Parbat

C’est en 2008, que j’ai pu admirer pour la première fois lors de ma première expédition sur les 8000, cette imposante et parfaite masse de glace depuis l’avion qui nous emmené à Skardu. A cette époque-là, par manque d’expérience et de maturité, cette ascension me paraissait vaste, hors du commun et irréalisable.

En 2013, après plusieurs expéditions sur des 8000 en enchainement, traversées d'aretes, nouvelles voies nous nous sentons prêt à affronter les difficultés de ce géant himalayen. Bref :

 - C’est en premier un sommet qui demande une logistique moins lourde que ses voisins du Baltoro, puisque son camp de base est accessible en hiver à pied et non en hélico.

- La voie « Tom » ou « Messner » que nous allons emprunter est protégée des chutes de pierres et des avalanches.

- Un des 8000 les plus esthétiques - Un sommet chargé d’histoire.

- Un sommet avec une marche d’approche exceptionnelle et beaucoup de contrastes dans les paysages et le climat.

Nous partons cette nuit pour Chilas au nord d'Islamabad et enchainons avec un trek de deux ou trois jours suivant la neige. 

 

Partager cet article