Début novembre Oliv' m'appelle pour une course à Cham.Le créneau est court. Nous ne pouvons pas décoller avant vendredi soir et ils annoncent une perturbation pour le dimanche. RDV à Grenoble à 20h puis en route pour les Bois aux Praz de Chamonix. En ce moment toutes les remontées mécaniques sont closed. La décision était déjà prise, nous partons pour un "one push" ou encore un "non stop" (comme vous préférez). Bref, nous trions le matos et c'est parti au clair de lune pour le Montenvers. Petite pause rafraîchissante dans les "chiotes", courte siestouse, puis descente sur la mer de glace via les échelles, traversée et remontée par les échelles de la Charpoua avant de bifurquer vers le rognon des drus par des sentes à travers rhododendrons, vernes et pour finir moraine. Grande ambiance pour cette montée aux frontales au pied de la face ouest des drus…

--Je n’avais pas longé le pied de cette face depuis l’éboulement de 2005, suite à la canicule. Pour la petite histoire sur le  « pourquoi » de cet éboulement : le réchauffement terrestre semble être reconnu par de nombreux scientifiques, même si certains émettent encore quelques doutes quant à sa réalité. Ce phénomène est particulièrement visible en montagne, par la fonte des glaciers. Outre ce retrait glaciaire en longueur et en épaisseur, une autre action probablement due à la chaleur consiste en l'écroulement d'un certain nombre de parois dans les Alpes. Notamment la face ouest des Drus. De grandes plaques gardent leur cohésion grâce à la glace qui tient lieu de ciment. Cette dernière venant à fondre, la gravité reprend ses droits et d'immenses pans de montagne s'écroulent--

 Nous nous posons au niveau des bivouacs pour faire fondre de l'eau et manger un bout, puis en route dans la foulée pour le couloir nord.

Une heure plus tard nous sommes à la rimaye, nous avalons les premières longueurs au petit jour. 4 ou 5 longueurs en corde tendu pour le départ de la goulotte. Suivi de 2 longueurs mixtes assez délicates. Avant de buter contre le bastion rocheux. Ne pas aller au fond du cirque, mais prendre une fissure à droite, entre l’attaque directe et le fond (en ce moment un bout de corde est coincé juste avant la fissure nominé... ça indique bien l'axe de la fissure :-)

C'est parti pour l'artif de la fissure Nominé. L'ambiance froide de cette face nord sera de courte durée et les longueurs suivantes vont vite nous réchauffer ! Au programme tire-clou (ne pas oublier son étrier ...) compter environ une bonne vingtaine de pitons à compléter par quelques friends vers la fin de la longueur. La deuxième longueur traverse vers la droite et remonte un dièdre toujours vers la droite, avec une fissure mixte et 3 clous (assez moyen) en place. A la sortie (4 mètres avant le relais), nous avons bloqué le friend n°3. Après peut être une heure à essayer de le décoincer, nous l'avons laissé non sans un gros regret…  sur place…La troisième et dernière longueurdu bastion est le crux de la voie, une fissure en off width  ou les friends n°3 et 4 sont fort utiles. Bizarrement sur le topo cette longueur est côté plus facile par rapport au reste, en réalité elle est bien plus dure... renseignement pris après course : cette longueur s’est un peu éboulée depuis l’ouverture... d'où la cotation erronée...mais ne vous trompez pas c'est le crux de la voie.  A la fin de cette longueur ne pas se laisser embarquer à gauche ou tout droit, mais aller vers la droite après l’écaille en Dulfer…

La fin de la voie remonte plusieurs longueurs de glace que l'on peut faire en tendu (nous c'était en bonne condition), passage du « S » pour un dernier petit verrou rocheux suivi de quelques longueurs en glace un peu plus raide au départ... et le tour est joué. Arrivée à la brèche des drus. Pause venté pour savourer cette belle journée et ce lieu magique, puis redescente de la voie en rappel de nuit, lunules dans le couloir du haut, puis rappels dans l’attaque directe du couloir, équipés à 60. Grande ambiance dans cette voie directe largement verticale… Au dernier rappel de l’attaque direct, nous avons équipé un autre relais rive gauche sur piton (au bout de 60, ne trouvant rien dans les parages…). Nous refranchissons la rimaye vers minuit avant de prendre le chemin de la descente. Petite pause pour se faire fondre de l’eau. Descente pas si facile à trouver de nuit dans les vernes. Nous nous sommes descendu un peu trop droit, ne pas hésiter à traverser rive gauche. Micro som sur une vire au milieu des échelles de la charpoua et retour à Chamonix.  Bref un beau voyage voiture-voiture d’à peu près 35 h… La météo ne s’est pas trompée et les nuages sont largement présents sur Cham ce matin. Nous jetons un dernier coup d’œil en face ouest des drus puis en route pour Grenoble, ou nous alternons de conducteur régulièrement… nos yeux se ferment, malgré notre bonne volonté. Une pause café obligatoire sur l’autoroute, avant d’arriver sur Grenoble. Oliv’ reste là, moi je rentre sur Saoû assez rapidement… pour un dodo bien mérité l’après midi ! Juste levé pour manger le soir avec Jean-Christophe et de nouveau au lit pour une grosse nuit de sommeil.

Bref une belle course complète  ou différent style de grimpe sont représentés : de la neige, glace, mixte, dry, artif, rocher ; ouverte par Walter Cecchinel et George Nomminé en 1973 à l'ère des piolets tractions…. Voie de référence dans le massif du Mont-Blanc à l’époque, devenu plus classique ces dernières années avec l’évolution du matériel. Et encore une belle histoire de cordée avec Oliv'.


Cotation : VI, 5, 5C (voir plus pour le crux) et A1

Matos:
- 1 jeu de camalot du micro au n°3 ( n°4 utile dans la dernière longueur si vous l’avez, sinon jouer avec le n° 2 et 3).
- 1 petit jeu de stoppers
- Etrier pour la fissure Nominé (environ 20 pitons).
- 7-8 broches pour la partie glace.

 

 

Crédits photos : web.  Là encore pas d'appareil .

drudébut + rocher

fissure nominéfis nominéaprès le rocherLes-Drus-1

 

Partager cet article