Nous sommes montés au camp 2 le 3 juillet et avons passé une bonne nuit... enfin pour ma part car Antoine n'a pas passé sa meilleure nuit en montagne : il a eu un MAM (mal aigu des montagnes) heureusement pas trop grave pour lui, mais bon quand même mal de tête, envie de vomir, impression d'étouffer. Bref pas cool quoi !

Heureusement le lendemain malgré son état il s'est décidé à faire un bout de chemin avec moi pour aller jusqu'au camp 3 à plus de 7000 m.

Au début ça a été assez dur et ses pas étaient lourds, puis il a retrouvé petit à petit la forme. Nous sommes partis les premiers du camp 2, et nous avons donc fait une nouvelle fois la trace.

 

Le temps était magnifique par contre il y avait un vent de tous les diables ! Pour tant ce n'est pas ce qu'ils annonçaient à la météo !

Du coup on est parti un peu light et nous avons eu vraiment froid.

Du fait que nous soyons partis à 6h30 du matin, il a fallu attendre plus de trois heures que le soleil daigne nous réchauffer le dos.

Au bout d'un moment commençant à ne plus sentir nos extrémités, nous avons décidé de nous mettre à l'abri du vent en creusant un trou dans la neige.

Nous avons attendu une petite heure dans notre terrier certes froid mais placer aux premières loges du K2 !

Puis voyant que le vent ne faiblissant pas nous avons décidé de battre en retraite !

Donc nous ne sommes pas monter au camp 3 comme prévu, mais nous avons atteint l'altitude de 6900 m, ce qui nous permet après notre nuit d'être suffisamment acclimaté pour tenter le sommet.

Nous nous sommes arrêté sur le plateau en dessous du col et du sommet du Broad Peak.

Il est assez long et plus plat que le reste de la voie, du coup il faut davantage tracer.

Il est de plus très crevassé, et avec Antoine nous étions content d'avoir la corde, car nous avons mis le pied dans une crevasse à plusieurs reprises.

La voie est maintenant équipé jusqu'au camp2 de corde fixe. Il n'y a plus beaucoup de risque de glissade (dont le Slovène en a payé de sa vie) hormis les chutes de pierres et de glace car beaucoup de monde s'acclimate dès lors sur la voie.

Un américain qui voulait doubler sur les cordes fixes (donc momentanément plus sur la corde) a était heurté par une pierre. Déstabilisé et il a fait une chute de plusieurs centaines de mètres sur la glace. Ses camarades sont arrivés à le descendre et l'hélicoptère est venu le récupérer au camp de base puisque multi fracturé : bras, côte, jambe.

 

La voie a beaucoup changé depuis notre première acclimatation.

Elle est presque entièrement en pierrier et en glace jusqu'au camp 2.

Toute la neige a fondu avec la chaleur de ses derniers jours.

Après 2 ou 3 jours de repos nous allons tenter le sommet.

Côté météo, ils annoncent beau le 5, neige le 6, puis un créneau de trois jours du 7 au 9.

La seule interrogation qu'il nous reste c'est de savoir si nous tentons le sommet en deux jours ou en trois jours.

En deux jours ça va faire de gros dénivelés en altitude (1700 le premier jours et 1600 le second).

En trois jours nous allons passer plus de nuit en haute altitude avec une nuit à 6500 m et une autre à 7200 m, du coup nous allons griller plus de jus !

Sombre dilemme !

Dans tous les cas la météo prendra une part importante dans notre décision (car le 8 ils annoncent beaucoup de vent).

Dernière chose, je viens de voir les chaussures qu'ils m'ont monté de Skardu, et elles sont à la hauteur de mes espérances : taille 42, koflak, jusque là tout va bien sauf que c'est des chaussures de ski de 3 kilos par pied !

Absolument pas thermique pour la haute altitude.

Bref je crois que mon pied droit s'y fait bien au Scarpa de Valéry en 43 !!!


Merci pour vos SMS qui me font particulièrement plaisirs.


 

Partager cet article