Depuis notre première acclimatation, nous laissons à notre organisme le temps de fabriquer les globules nécessaire à la haute altitude (sachant qu'il faut 3 jours pour en fabriquer).

Du coup repos jusqu'au 2 juillet. Le 3 nous repartons pour notre deuxième phase d'acclimatation, c'est-à-dire monter à 6500, nuit, monter à 7400 redescente avec nuit éventuel à 6500 suivant notre état.

Les journées d'attente sont assez longues pour moi qui ai l'habitude de bouger quotidiennement, mais c'est le prix à payer pour donner à mon organisme toutes les chances de s'acclimater correctement sans risque d'odème ou de fatigue excessive me privant d'éventuel sommet (s).

Notre cook nous rend la vie très agréable, en nous préparant des pizzas aux légumes et petites choses que nous affectionnons.

Avec les autres expé l'ambiance est au beau fixe.

Pour le moment c'est les Russes et nous qui sommes montés le plus haut sur la montagne.

Les autres n'osent pas s'y aventurer car i n'y a pas de corde fixe et entre le camp 1 et le camp 2 il y a beaucoup de glace cette année, ce qui rend la voie particulièrement ardue.

Avec Antoine pour ne pas prendre de risque nous avons décidé de s'assurer sur quelques passages...il y a déjà eu un mort Slovène il a 3 jours et le Français JN. Urban sur le G1, disparu dans une crevasse il y a une quinzaine de jours.

C'est assez morose comme ambiance mais heureusement malgré ces faits difficiles à accepter, ce coin est un petit paradis et les montagnes sont d'une pureté qui me rendent particulièrement euphorique.

Partager cet article