PHOTO-A-VENIR-2615.JPGDSCN1164.JPG DSCN1215.JPG MVI_2636.jpg

PHOTO-A-VENIR-2753.JPG PHOTO-A-VENIR-2631.JPG 

PHOTO-A-VENIR-2708.JPGMVI_2643.jpg

 

Plus de photos : http://www.flickr.com/photos/danielenardi/sets/72157632758797106/

Le projet d'une vie ... mon projet depuis 3 ans. Une soif de découverte à la recherche de nouvelles sensations, des conditions extrêmes, de l'engagement, un équilibre difficile à trouver entre l'humain et la nature, une abnégation de rigueur et une volonté sans faille  pour supporter de telles conditions... là où l'homme n'a "normalement" pas sa place. Mais quelle richesse intérieure, quelle école de la vie que de se découvrir dans ce contexte. Une expérience parfois "extrême", mais qui a mes yeux n'a pas de prix.

Je savais  que " la quête du graal" serait difficile. Nombre de grands alpinistes ayant échoués sur ce projet hivernal. Le pari étant d'autant plus ambitieux et incertain que nous voulions grimper une voie difficile (pour le moment seul des voies normales ont été réussit en hiver sur les 8000). Livrés pendant 4 jours à une immense solitude, dans un carcan de froidure, la montagne n'a pas voulu de nous...

Récit et recontextualisation des jours précédents :

Le temps commence à être long au CB... ma tête est sur le Nanga, mais mon corps au CB. Pas une nuit ou je ne rêve de cette voie, me remémorant chacun de ces passages. Bref cette montagne m'obsède et m'attire tel un aimant. En attendant j'ai droit à une belle leçon d'humilité ! De la patience, des scénarios, des projets évolutifs au vu de la météo et surtout "du rêve". Il neige beaucoup ! Plus qu'il ne faudrait... le fenêtre se réduit... les espoirs s'amenuisent... que faire hormis attendre la volonté de "cette montagne " et espérer qu'elle ne se déchaine de trop !

Nous attendons 3 jours  que la neige se stabilise un minimum. Beaucoup d'accumulation due à des vents tempétueux et de la neige pendant 5 jours.

Départ le 9 février au petit matin.
 La trace est difficile à faire sur la partie plate avant le glacier. Beaucoup de plaques  à vents cèdent sous notre poids. Danièle en profite pour explorer à son tour une crevasse ! Un joli sérac se détache sous nos yeux émerveillés et nous permet une fois de plus de contempler la force de la nature ! Nous attaquons les pentes supérieurs l'esprit "pas très serein" au vu de la quantité de neige que nous venons de rencontrer. Les conditions s'améliorent, certes un bon brassage mais pas de grosses accumulations. Nous fixons notre C1  au même endroit que lors de notre précédente tentative pour une nuit très froide, chahuté par des rafales de vent et de neige, mais tellement heureux de retourner en montagne !

Le 10 nous continuons notre chemin à travers les crevasses, un oeil aiguisait  face aux séracs omniprésents au dessus de nos têtes jusqu'au départ de la voie. Quelle joie de se retrouver au pied de cette face et de grimper de nouveau ! Beaucoup de vent balaye la face et nous déverse ses spingrifs. Nous installons le C2 sur la seule petite plate forme de la voie. Là encore un beau combat avec le vent pour fixer la tente et éviter qu'elle ne s'envole comme le thermos de Daniele (une rafale a bousculé son sac dans la pente... pourtant de 15 ou 20 kg ! Il a juste eu le temps de le saisir et planter ses crampons  dans la neige...)

La nuit est dantesque !  Une vent de tous les diables qui ne fera que se renforcer le lendemain. Impossible de grimper plus haut aujourd'hui le vent est trop fort et trop dangereux.

Nous décidons de décoller le lendemain pour un one push direct au sommet ! Mais la montagne en a décidé autrement. Au petit matin le vent n'a pas faibli et de plus tout est couvert.  Le mauvais temps et la neige arrivent ! Encore ! Il fait extrêmement froid : - 48 ° C à 6000 m, sans le vent ! Daniele s'est gelé  l'index et les 2 orteils. Moi je n'ai jamais eu aussi froid... En 30 secondes le temps de récupérer de la neige pour faire fondre de l'eau, mes doigts étaient blanc...  Le temps de poser une broche pour la descente et mes pieds étaient gelés (plus de 5 min pour que la circulation revienne...)

Bref des conditions extrêmes, une météo changeante, un vent tempétueux et de nouveau de la neige ont eu raison de nous et c'est avec regret que nous entamons la descente... L'appel du sommet est tellement fort ! Mais la nature est vraiment plus forte ! Encore une belle leçon d'humilité!

L'expé est fini. Daniele doit soigner ses gelures et il neige minimum jusqu'au 20 février (rendant la montagne beaucoup trop dangereuse cette année...)

Il va me falloir du temps pour redescendre sur terre et reprendre une vie "normale". Je suis pour le moment dans mes rêves encore positionnée sur la voie Mummery, certes quelque peu chahuté par les vents :-), mais mon rêve s'accroche pour rester le plus longtemps possible sur le Nanga !

Merci à vous tous, à ceux qui m'ont fait confiance (Everest, Valandré, Blue Ice, Le CAF de Saoû, Monnet, le vieux campeur) à ceux qui ont participé individuellement et financièrement au projet (Marc et les participants de sa compétition VTT), à ceux qui m'ont envoyé des messages  d'encouragements, à mes proches que j'ai laissé dans l'ennui, l'incertitude, le souci et à toi Oliv' ma belle étoile filante.

Ensemble nous avons vécu un rêve et une histoire magique qui n'a pas de prix : le partage, juste pour permettre à chacun de s'épanouir, se construire indivuellement et s'évader.

De cette expérience hors norme je rentre fascinée par l'Himalaya en hiver !

A bientôt pour une conférence et le partage de cette aventure !

Partager cet article